Cédric Girard

aspirant auteur : tentatives de nouvelles et prochainement romans

Lettre d'information

Nom

Courriel (e-mail)


Informations

flux RSS   

Les jours où j'écris

24 25 26 27 28 29 30
31
nov. 2016
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
déc. 2016
      01 02 03 04
Journal d'un aspirant écrivain

Erwin le rêveur - Au sommet

Feuilleton hebdomadaire sur une histoire d'heroic fantasy

Sommaire -  << Escalade -  Confession >>  
 Page 17 sur 28

...et de l'autre côté s'étendait le vrai désert à perte de vue. En son milieu, trônait la Cité.

telescope.jpg

L'installation du camp au sommet du Pic changea le rythme de leurs journées, ce que chacun apprécia. Argon et Longine chassèrent ensemble et ramenèrent plusieurs bouquetins dont ils mirent la viande à sécher sur des larges rochers brûlants de soleil. Le guerrier surveillait régulièrement les abords du camp, et reprit les entraînement au combat avec Etaile. Erwin restait à guetter le chemin étroit qu'ils avaient suivi jusqu'au sommet, et le précipice pour le cas où des créatures plus puissantes seraient capables de le grimper. Il plongeait aussi parfois son regard-rêve dans le désert, ses sens magiques tendus vers la Cité, sans rien percevoir pourtant tant la distance était grande. Dans une flaque d'eau, il vit combien les deux lames serties sur son visage étaient ternes et corrodées par le sang qu'il versait en tribut de leur protection. Son visage même était grisâtre, marqué, mais personne ne lui en fit la remarque. Erza vaquait dans le camp, allait chercher de l'eau à une source en contrebas et surveillait la viande. Elle déchargeait volontairement ses compagnons de voyage pour qu'ils se concentrent sur leurs tâches respectives, semblant retrouver dans cette servitude un peu de sérénité. Elle ne sanglotait plus la nuit, mais souvent son regard se perdait vers la plaine.

Les trois moines avaient déballés leurs bagages, extirpant des instruments sur trépieds qu'ils pointèrent vers le ciel. Ils passaient leurs journées à regarder au travers des lentilles, à noter des informations et à débattre. A nouveau à l'aise dans leur élément naturel, ils appliquaient savoirs et technique à l'étude des éléments naturels. Pélane regardait les étoiles, traçant de grands cercles entrecroisés sur un rocher qu'elle avait aplati. Etaile et Longine observaient les nuages, les courants aériens visibles par le sable et la poussière qu'ils charriaient, par le vol des rapaces. Ils restaient chacun des heures assis en tailleur, leurs sens ouverts aux souffles d'énergies du monde, ressentant leur circulation. Pélane notamment était capable de les percevoir à une très grande distance, de par sa sensibilité aux forces telluriques. Toutes leurs observations étaient consignées dans de grands volumes reliés de cuir, avec forces schémas et formules qui restaient obscures aux autres.

Quinze jours passèrent ainsi. Les moines remplissaient leurs livres, les mercenaires s'assuraient de la sécurité du camp, et Erza servait chacun avec un sourire revenu. Elle s'endormait toujours à côté d'Erwin, le visage tourné vers lui. Et quand il prenait sa garde en premier, sa mince silhouette était sa dernière vision. En journée, son regard cherchait souvent la tunique grise flottant au vent, et revenait à ses tâches, tranquillisée. Ils n'échangèrent pourtant pas un mot ou un geste de tendresse. Ce fut un temps de repos pour chacun. Les lames d'Erwin reprirent leur brillant petit à petit, et ses nuits furent de plus en plus calmes et reposantes. La seule alerte fut pour quelques lions des montagnes qui regrettèrent rapidement leur témérité face à Etaile. Elle ne prit même pas la peine de réveiller les dormeurs, mais au matin de nouvelles pièces de viandes attendaient le soleil pour sécher.

Lien(s)

Commentaires(s)

Ecrire votre commentaire


(obligatoire, ne sera pas affiché)



31/10/2014 - Cédric Girard