Cédric Girard

aspirant auteur : tentatives de nouvelles et prochainement romans

Lettre d'information

Nom

Courriel (e-mail)


Informations

flux RSS   

Les jours où j'écris

24 25 26 27 28 29 30
31
nov. 2016
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
déc. 2016
      01 02 03 04
Journal d'un aspirant écrivain

Erwin le rêveur - Ensemble

Feuilleton hebdomadaire sur une histoire d'heroic fantasy

Sommaire -  << Déesse -  Progression >>  
 Page 24 sur 28

— Je suis à elle autant qu'elle est à moi.
— Je lui offre alors une chance de se défendre et de te protéger, pour célébrer vos vœux.

mains.jpg

Erwin rouvrit les yeux sur le visage d'Erza penché sur lui. Il répondit à son air interrogatif.

— J'ai vu la Déesse, elle confirme ce que nous avons appris du passé, et ce que nous redoutons du futur. Elle sera à nos côtés pour le combat, ses vents déchiquetterons l'ennemi. Mais son aide ne suffira pas.
— C'est donc la guerre.
— Nous allons connaître ce que les anciens récits racontent, la guerre avec les démons, leur puissance au combat. Les massacres. Plus aucun doute n'est permis, mais l'espoir subsiste. Il est possible que des Aériens aient été emmené en esclavage à la Cité et aient survécu. Je dois tenter de les délivrer.

Erza se releva d'un geste brusque, s'éloignant d'Erwin. Il se plaça derrière elle, l'étreignit, croisant ses bras sur la poitrine à la respiration trop rapide.

— Je sais que tu as peur, que tu ne veux pas me perdre. Nous allons vers la guerre, vers la destruction et la mort. Dans quelques mois, peut-être ne restera-t-il rien du royaume. Nous sommes cernés par le danger, et nous devons agir. Nous devons aussi nous préparer à notre mort, à celle de nos compagnons. Délivrer les Aériens peut être un pas décisif, un avantage dans la bataille. Ils pourront agir par les airs, espionner, frapper vite et s'enfuir. Ils pourront aussi offrir à nouveau leur foi à la déesse, soutenant sa puissance.
— Tu veux sauver ton peuple...
— Oui Erza, c'est mon peuple, à égalité avec les humains.

Son ton était excédé, mais frappé par une idée il reprit plus doucement.

— Je ne peux me cacher tandis que les démons attaquent, ni abandonner les miens. Je ne peux te promettre d'en sortir vivant, mais tant qu'il me restera un souffle de vie, il sera à toi.

Elle se dégagea de ses bras, se retournant vers lui. Plantant son regard dans le sien, elle l'enlaça vivement. Il referma ses bras sur elle, soutenant le feu de ses yeux. Ils restèrent ainsi plusieurs secondes, quasi immobiles, soudés.

— Jure-le.
— Je le jure, devant la Déesse, au nom de mes deux ascendances, devant tout ce qui m'est cher. Sur ton adorable personne qui me donnera toujours envie de revenir.
— Je suis sérieuse, gronda-t-elle.
— Je le suis tout autant.
— Mon adorable personne t'accompagnera.
— Tu ...
— Oui.

Son ton sans appel se doubla d'un baiser brutal. Elle cogna ses lèvres avec force, en mordant la chair. Les mains d'Erza attrapèrent le visage d'Erwin. Elle pressèrent la peau, le froid métal sur ses pommettes, s'accrochant à ses cheveux fins, dérangeant leur cascade souple. Il lui rendit son baiser, répondant à sa fougue par sa force. Leurs deux corps soudés tanguaient d'avant en arrière, dans le silence de la cité déserte, dans l'obscurité de la grande salle du temple. Seule la statue de cristal les regardait.

***

Ils sortirent ensemble du temple après la tombée de la nuit, le sourire partagé. Ils s'envolèrent du haut du grand escalier en direction du camp, et atterrirent quelques minutes plus tard près du feu. Etaile et Pélane les saluèrent d'un air exténué. La journée avait été difficile, mais ils savaient. Ils comprenaient le sortilège qui forçait les vents, et comment le contrer. Restait à agir, avec toute la connaissance de Whus. Longine dormait un peu au delà du cercle éclairé par le feu, tombé endormi à côté de son livre de notes. Argon inspectait les abords du camp, et allait revenir sous peu. De fait, il sorti bientôt de l'ombre, réveillant le moine épuisé. Les deux mercenaires et Erza durent leur servir le dîner tant leur épuisement était extrême. Après le repas, Erwin et Argon s'isolèrent pour discuter. Le demi-aérien raconta à son compagnon ses dernières découvertes, et les décisions prises.

Lien(s)

Commentaires(s)

Ecrire votre commentaire


(obligatoire, ne sera pas affiché)



31/10/2014 - Cédric Girard