Cédric Girard

aspirant auteur : tentatives de nouvelles et prochainement romans

Lettre d'information

Nom

Courriel (e-mail)


Informations

flux RSS   

Les jours où j'écris

24 25 26 27 28 29 30
31
nov. 2016
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
déc. 2016
      01 02 03 04
Journal d'un aspirant écrivain

Erwin le rêveur - Fuite

Feuilleton hebdomadaire sur une histoire d'heroic fantasy

Sommaire -  << Piétaille -  Fin >>  
 Page 27 sur 28

— La piétaille a failli, la prochaine attaque sera d'une toute autre ampleur.

sang.jpg

Ils entendirent les restes de l'armée se retirer, dans un tumulte de pas et de chocs. Un rayon blanc fusa de l'obscurité. Longine se porta en avant et le dévia. Argon para un autre rayon de son épée. Du ciel descendit un vent furieux, tournoyant, chargé de pierre. Il y eut un choc, un cri rauque devant eux, et le silence revint. Après un long temps d'attente, un titan apparu, nimbé du même halo rougeâtre. Sa taille était celle de trois hommes, et son poitrail large comme deux taureaux. Il tenait ses grandes ailes de chauve-souris serrées autour de lui, et quand il les ouvrit chacun put voir Erwin inconscient entre ses griffes. Le sang maculait les cheveux blonds et le visage. Argon se porta en avant, humant l'air devant lui. Etaile cria et s'élança, aussitôt stoppée par le bras du guerrier. À cet instant, une sphère de feu frappa le démon et l'envoya rouler dans la douleur. Erza haletait, et lança :

— Ce n'était qu'une ruse. Je le sens, il est toujours au dessus de nous.

Pour confirmer ses paroles, une tornade s'abattit sur le démon qui se relevait à peine. Le vent tranchait ses chairs, dispersait la peau et les muscles. Il périt dans un nuage de sang noir. Longine pointa sa main sur leur gauche, esquissant un ordre magique. La lance fut plus rapide que lui et se ficha dans la poitrine de Pélane. La moniale tomba à genoux, soutenant le lourd projectile à deux mains. D'autres lances sifflèrent, cette fois déviées. Etaile bondit vers l'origine des projectiles avant que quiconque ne puisse la retenir. Sa course surprit les assaillants qui succombèrent, qui le crane enfoncé, qui le bras arraché. Elle esquissait son retour vers le groupe quand un survivant se dressa devant elle, l'empalant dans le même geste sur ses dix griffes. Elle eut la force de briser net les deux bras tendus vers elle, écarta son agresseur, fit quelques pas et s'effondra en avant. Argon rugit, assourdissant de rage. Il courut épée brandie jusqu'au corps, le chargea sur son épaule et fit demi-tour. Quand il la déposa à côté de Pélane, dont la respiration sifflante s'amenuisait rapidement, ses yeux brûlaient. Erwin était déjà là, essayant en vain d'arrêter l'hémorragie. Ils se regardèrent, conscients qu'il était trop tard pour les deux femmes. Le Rêveur siffla :

— Il faut partir. Trop de démons des premiers cercles. Nous ne pouvons que perdre. Même le don de la déesse ne nous protégera pas face à leur magie de guerre. En vol, son aide nous permettra de fuir.

Argon tourna la tête pour suivre un trait de feu lancé par Erza, mais sa cible n'était qu'une illusion.

— Prenons notre chance, compagnon. Que le soleil chauffe encore notre sang.
— Qu'il dessèche nos ennemis à son lever. Partons.

Abandonnant les deux cadavres, ils surveillaient les mouvements adverses tandis que Longine récupérait deux livres de notes, qu'il passa sous sa robe. Argon sauta sur son destrier, hissant le moine devant lui d'un mouvement de bras. Sur un geste du cavalier, les ailes du cheval apparurent et ils s'envolèrent. Erwin prit Erza dans ses bras, le regard inquiet. Déjà, la vague suivante surgissait dans un déferlement rouge. Le décollage coupa le souffle de la jeune femme, arrachant le couple à la pesanteur et à leurs assaillants. Le vent les accompagnait, dispersait les troupes ailées. Les nuages se refermaient derrière eux, masquant leur route. Ils volaient ensemble quand un troisième rayon blanc frappa le dos d'Argon, nécrosant les chairs instantanément. Le cheval plongea vers le sol, échappant de peu à un second tir. Quand Erwin rattrapa son compagnon après un long plongeon, il jaugea la blessure. Il invoqua son pouvoir, transformant la flétrissure maudite en brûlure, douloureuse mais non mortelle. Il ne pouvait faire plus. Le visage d'Argon était un cri contenu, en sueur malgré le froid piquant du vol.

Le vent les guidait vers Whus.

Lien(s)

Commentaires(s)

Ecrire votre commentaire


(obligatoire, ne sera pas affiché)



31/10/2014 - Cédric Girard