Cédric Girard

aspirant auteur : tentatives de nouvelles et prochainement romans

Lettre d'information

Nom

Courriel (e-mail)


Informations

flux RSS   

Les jours où j'écris

24 25 26 27 28 29 30
31
nov. 2016
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
déc. 2016
      01 02 03 04
Journal d'un aspirant écrivain

Erwin le rêveur - Fin

Feuilleton hebdomadaire sur une histoire d'heroic fantasy

Sommaire -  << Fuite -
 Page 28 sur 28

Le vent les guidait vers Whus.

armes-anciennes-epees-medievales-big.jpg

Le destrier d'Argon se posa sur la place centrale du temple bien après que le soleil se soit levé, et le temps que ses ailes s'évanouissent des moines accouraient pour l'aider à descendre. Longine salua le grand guerrier tandis qu'on l'emmenait vers l'infirmerie, et courut avec ses deux livres de notes chez le père supérieur, qui convoqua immédiatement le conseil. Un messager était déjà parti prévenir le prince Ganame du danger imminent. Erwin se posa un instant plus tard. Erza décroisa ses bras crispés. Le vol avait été long pour le semi-aérien autant que pour sa partenaire, et chacun de leurs muscles était confit de fatigue et de froid incrusté en plus profond de la chair. Ils se réfugièrent dans les cuisines, au plus près des fourneaux qui chauffaient au ralenti à cette heure de la journée. Ils reprirent peu à peu des forces, savourant d'être vivants, d'avoir échappé à leurs poursuivants. Ils se regardaient avec un mélange de tristesse et de joie. La mort brutale des deux moniales, la défaite et la fuite face à un ennemi trop puissant, la certitude que la guerre ne faisait que commencer pesaient sur la joie de se savoir toujours deux, ensembles.

Plus tard, Erwin s'installa dans un coin du temple ouvert, le bâtiment dédié à tous les dieux par les moines de Whus, et commença à monter un autel pour Lipen. Il amena quelques pierres taillées, formant une table sommaire, sur laquelle il disposa un calice ouvragé. À l'aide d'un pinceau fin, il calligraphia le nom de Lipen à l'encre blanche sur une tenture bleu clair. Après l'avoir pendue au-dessus de l'autel improvisé, il tira d'un long rêve agenouillé au pied de l'hôtel une statuette de cristal, ressemblant en tout point à la grande statue de Lipende. Il s'inclina.

— Ceci est mon premier geste pour respecter ma parole, déesse. Un premier pas sur ma route. Je vous dois la vie aujourd'hui, et celle de ma compagne, la chance de prévenir et de préparer notre défense ensemble. Pour tout cela, et pour votre promesse d'aide future, votre serviteur vous rend grâce.

Enfin, Erwin et Erza allèrent visiter Argon. Il était allongé à plat ventre sur un des lits de l'infirmerie, le dos recouvert de cataplasmes. Il avait retrouvé ses couleurs et son calme taciturne, mais également un profond ennui.

— Alors compagnon, survivras-tu à celle-là ?
— J'ai déjà rencontré les démons, et survécu à bien pire. Je me relèverai, grâce à toi, et leur ferai payer au centuple les blessures qu'ils causent.
— Il appartient à chacun d'utiliser ses capacités pour ses compagnons de route. As-tu eu des informations sur les préparations en cours ?
— Oui, Longine est passé prendre de mes nouvelles. L'alerte est donnée, l'armée recrute et prend la route dans le mois pour protéger les villes proches de la frontière, là où les démons attaqueront. Whus s'active avec les sorciers de la Guilde pour contrer les sortilèges qui bloquent les vents. Le temps nous presse, mais la guerre nous trouvera en armes.
— Prendre les armes est une chose. Espérons pouvoir les reposer un jour et être encore tous vivants.

Erwin et Erza montèrent sur la grande terrasse du temple. À leurs pieds s'étendait le complexe de Whus, plein d'activité, débordant de savoir et de magie contenue. Plus loin, la capitale s'activait elle aussi pour préparer sa milice, sa population et ses murailles au siège probable. Les casernes de l'armée du Prince et de ses vassaux devaient ressembler à des ruches. Compagne et compagnon, ils se tenaient flanc contre flanc, un bras passé sur l'épaule ou le côté de l'autre. Quoi que le futur leur réserve, quels que soient les dangers qui accourraient, ils étaient ensemble à cet instant.

Lien(s)

Commentaires(s)

Ecrire votre commentaire


(obligatoire, ne sera pas affiché)



31/10/2014 - Cédric Girard