Cédric Girard

aspirant auteur : tentatives de nouvelles et prochainement romans

Lettre d'information

Nom

Courriel (e-mail)


Informations

flux RSS   

Les jours où j'écris

24 25 26 27 28 29 30
31
nov. 2016
  01 02 03 04 05 06
07 08 09 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30
déc. 2016
      01 02 03 04
Journal d'un aspirant écrivain

Erwin le rêveur - Argon

Feuilleton hebdomadaire sur une histoire d'heroic fantasy

Sommaire -  << Arkosh -  Le temple Whus >>  
 Page 5 sur 28

Il repris sa marche tranquille jusqu'à une rivière que la route enjambait d'un pont de bois usé, sur lequel se tenait un guerrier en armure.

L'homme, dans la force de l'âge, portait casque, plastron de cuir renforcé de pièces métalliques et une grande épée à la lame nue dans le dos. Un cheval noir de jais paissait sur l'herbe, de l'autre côté de la rivière. L'homme senti la présence du marcheur derrière lui, et parla en se retournant.

— Que le soleil chauffe ton sang longtemps, Erwin.
— Qu'il dessèche les cadavres de tes ennemis, Argon.

Ils souriaient. Puis, après une pause, Erwin annonça :

— Je l'ai trouvé.
— Bien. De quelle cercle est-il ?
— Du troisième. Son nom ne trompe pas.
— Son nom ? Tu lui as parlé...
— Par le rêve uniquement. Je n'allais pas risquer de briser le sceau et libérer un démon. Me prendrais-tu pour un fou ?
— Hahaha ! Tu as raison mon ami. Pour ma part, le soleil dessèche depuis avant-hier deux brigands qui ont cru voir une bonne victime en moi. Je portais encore une bonne part du butin trouvé dans l'ancien temple, je n'avais pas encore vendu les plus belles pièces. Le plus important est que j'ai mis la main sur les cristaux bleus. Les moines seront contents.
— Je ne sais si ils savent encore le goût du contentement. Je respecte leur quête, mais elle est trop froide pour moi. Ces cristaux leur seront utiles, c'est tout ce que nous savons.

Argon fit un pas vers Erwin. Le massif guerrier rendait son ami encore plus frêle. S'ils avaient la même taille, tout était lourd pour le premier, tout était léger dans le second. L'un était taillé pour frapper et encaisser, l'autre pour flotter dans les airs. La large épée nue qui barrait le dos d'Argon donnait une formidable impression de masse, de densité. Deux poignards qui auraient servi d'épée à des hobbits étaient accrochés sur ses cuisses, dans des fourreaux de cuir noir. Ses bottes étaient maculées de sang. Il reprit la parole.

— Enfin! Partons, nous n'avons plus rien à faire ici. La route est longue pour retourner au temple.

Il descendit du pont, enfourcha sa monture. Puis il toucha une amulette dissimulée sous son plastron d'une main, et de l'autre l'encolure du cheval. Dans un hennissement apparurent deux longues ailes, aux plumes aussi noires que son poil. Un galop rapide lui donna l'élan pour s'envoler, rapidement suivi d'Erwin, plus léger et aux ailes translucides. Ils foncèrent vers le sud, vers la mer, suivant le vent qui descendait des montagnes.


Ils atterrirent quelques heures plus tard dans un jardin calme, aux allées floues et aux plantes débordantes. Le jardin du temple Whus, le sanctuaire des moines du savoir. Argon posa le pied à terre, tandis que les ailes de son destrier s'évanouissaient dans une fumée bleue. Il rabattit son capuchon sur sa tête. Dehors, il était un soldat craint et respecté, il était le seigneur errant d'un royaume d'aventures. Ici, il était toléré comme une personne utile. Il était la violence dans un lieu dédié à l'étude. Cela lui importait peu. Avant ces deux semaines de quête il avait pu profiter de la quiétude de ce lieu particulier. Quiétude rare dans sa vie. Quiétude ennuyeuse et apaisante. Erwin se dirigea vers un bâtiment haut, surmonté de drapeaux aux motifs complexes tissés au fil d'or, tandis qu'Argon conduisait son cheval dans l'écurie. Il y posa également son épée, ses poignards, son plastron et son casque, qu'il enferma dans un coffre. En ce lieu, la violence était proscrite, tout objet lui étant dédié également. Et de toute façon, ils auraient été inutiles.

Lien(s)

Commentaires(s)

Ecrire votre commentaire


(obligatoire, ne sera pas affiché)



31/10/2014 - Cédric Girard